If you have bought the LEGO Ideas set 21321 : the International Space Station, you may have wonder what represent each of the oddly shaped elements you built, regarding the real international space station.

Unfortunately, the building manual doesn’t provide usefull data about this. Due to this, I have written this blog post.

Before going into the details of all ISS elements, I will talk about one frustrating thing related to it : the orbiter of the space shuttle cannot be docked where it should be, because both sides are stud.
Fortunately, there is a simple trick to fix this, simply save the round part of this step:

Don’t use is at this step, and keep it to be used as connector between the space shuttle orbiter and its docking bay, because, this part fits perfectly to connect them.

And this part also works for two others spacecrafts included in this set:

Back to the topic of this article : The correspondance of the LEGO ISS to the real one.
The LEGO International Space Station corresponds almost entirely to this configuration:

Thus, by following the building instructions manual, we can map the built elements with the real ones as following.

First are the mini-build from bag 1. If the orbiter of the Space shuttle seems obvious, here are the corresponding spacecrafts for the three other builds : Crew Dragon, Cargo Dragon and Progress.

Now we can map the differents Space station elements, first is the truss, which is a uninhabited structural elements, with Solar Alpha Rotary Joint (grey parts) at both extremities, allowing the rest of the truss, supporting solar panels, to turn in order to let them always face the sun. Its scale is the same than the small included astronauts, so its should be 66% of its size to match the scale of the entire station (it is actually a little bit too big):

Second is the Node 2, which is, as all the other modules of the model, a little bit to small compared to the whole station size. They should be 22% bigger in diamter to match the scale of the whole station :

Third is the US Lab Destiny, connected to previously built Node 2 :

Fourth is the Japanese Experiment Module, connected to Node 2 :

Fifth is the Colombus module, also connected to Node 2:

Sixth is the Node 1 (center rectangular connecting part) with Quest Joint Airock (small cylinder) and Z1 truss (above Node 1), which is the connecting point between the inhabited modules and the station Truss elements:

Seventh are the Space To Ground Antennas:

Eighth is the Node 3 (center part) with Permanent Multi-purpose Module (cynlider), Bigelow Expandable Module (white ball), Airlock (black cone) and Copula (grey cone with black windows). The copula is the earth obervations point, which we can frequently see on images taken from inside the ISS, because the view is stunning:

Ninth is the Cygnus spacecraft docked to Node 3. The one docked to the station in 2020 doesn’t look like this (this is the only difference between LEGO ISS and the real one, if we don’t take into account which spacecrafts are connected to the differents airlocks). It has solar panels because it is a spacecraft which is designed to be autonomous, like the Progress ones we will also see later. It is a resupply cargo spacecraft. A LEGO fan have created a 2020 version of this spacecraft corresponding to the one actually docked to the station, because the one with rectangular solar panels is from 2013 :

Tenth is the Mini-Research Module with Progress spacecraft docked on it:

Eleventh is the Functional Cargo Block. It has its own solar panels without begin a cargo spacecraft. The reason to this is that is it one of the very first modules of the station, and it has been put into orbit before the big solar panels of the truss were there. That’s why it needed its own solar panels, because when it became a module of the space station, there were no available solar panels to power it:

Twelfth is the Service Module with another Progress spacecraft docked on it. As for the Functional Cargo Block, the Service module also have its own solar panels, because it is the very first element of the space station put into orbit. In december 1998, the International Space Station was only composed of this module all alone :

Thirteenth are the radiators, used to dissipate in space the excess of heat received from the sun light, which can prevent the system from working in their temperature range:

Fourteenth seems to be the S-Band antenna, according to the integrated truss assembly diagram:

Fifteenth seems to be the Wireless Video System Antenna, according to the integrated truss assembly diagram:

Sixteenth are several Express Logistics Carrier, which is a support for station spare replacement parts and scientific experiments modules:

Seventeenth is one of the three External Stowage Platform (the two others are so small that they are not present on the LEGO ISS):

Eighteenth is the Alpha Magnetic Spetrometer:

Nineteenth is the Mobile Servicing System, also called Canadarm (because the first version has been built by canadian firm for the space shuttle), which is a remote command arm used to manipulate spacecraft (for docking and undocking), ISS modules and help astronauts during extravehicular activities (EVA):

Twentieth and lasts are other radiators, these ones are here to dissipate the heat of the electric transformers used to power the station with the electricity produced by the big solar panels. A LEGO fan have created an improved version of these radiators, as « wavy » as the real ones.

I spare you the description of the solar panels, so hugh and wisible, the unique elements of the bag number 6.

Even if this ISS LEGO build is pretty detailed and accurante, there is some little differences I want to detail in this post.

First difference with real International Space Station is the scale of the different elements. The scale of the LEGO ISS, considering its lenght in its longer dimension is 1/224, but its elements are not all at this scale:

  • The orbiter of the space shuttle is at scale 1/389, so it should be 73% bigger to mach the ISS scale. Fortunately, Adam Wilde, a LEGO fan, has created a design of the space shuttle orbiter with the same scale as the ISS (« io » file is from the LEGO digital designer software Stud.io).

    With this « at scale » orbiter docked on it, the ISS looks like this:
  • The astronauts are at scale 1/150, so they should be 66% of their size to fit the ISS scale
  • Cargo Dragon and Progress are well scaled regrading their overall span, but a little bit small without their solar panels
  • Crew Dragon is pretty well scaled
  • The modules of the ISS, regarding its entire span, should be 22% bigger in diameter
  • The truss of the ISS is at the same scale as the astronauts, 1/150, so it should also be 66% of its size to fit the overall ISS scale
  • The Dextre tool of the Mobile Servicing System is not provided in this set, so a LEGO fan has created it.
  • Several spacecrafts which have, or may have, visited the International Space Station during its 20 years lifetime are not present in this LEGO set, so a LEGO fan has designed them (and also improved the design of the included spacecrafts)

Another thing to know about the ISS is that is has changed during time, as we can see in this video. Even if it is finished, today, there are cargos which dock and undock to it, changing a little bit its aspect. Thus, this LEGO version doesn’t correspond exactly to what the ISS has looked like at any point point of time, but it is so close than small modifications can be performed to make it fit with the first diagram presented in this article, roughly: putting round solar panels to the Cygnus module, moving Progress spacescrafts to different docking places and adding currently visiting Dragon spacecrafts.

If you are interested in the space program which took mankind to the moon, you probably eared the odd names of the moon rocket stages. The Saturn V rocket have three stages, and their names are : S-IC, S-II and S-IVB.

We can easily guess that the « S » stands for « stage », so the second stage is named quite logically, « S-II » for « stage 2 » with the use of roman numbers. But the two other stages names are quite strange.

The reason of this strange naming is historical.

During one early period of Saturn planning (about 1958-1959), even before the choice of « Saturn » name, and also before the famous « We choose to go to the moon » speech of president J.F.Kennedy, a « C » serie of rockets has been planned based on Silverstein Committee recommandation for next generation intercontinental ballistic missile. Among them, the C-4 rocket was a four stages rocket, so its last stage was named S-IV.

I couldn’t find any written confirmation of this, but I guess that when NASA decided to go to the moon by using C serie rockets, it was necessary that all of them share the same last stage, in order to be able to test and validate the moon spacecraft above the earth, by using a small rocket, before sending it to the moon. If both small and big moon manned program rockets where sharing the same last stage, all will go the same between a separation test above the earth, launched with a small rocket, and the actual separation on the way to the moon, launched with the big rocket.

Among the C serie rockets, two were selected for the moon manned missions « Apollo » program : C-1 and C-5.
C-1 was renamed Saturn I, and first launched unmanned in 1961.
Its fist stage was named S-I, and the second, from the early C-4 last stage, S-IV.

Unfortunately, it was not powerful enough to bring Apollo spacecraft to the earth orbit, even without the lunar module. Therefore, an enhanced version was developed, the Saturn IB, and the two stages of this new version was named S-IB and S-IVB, because they both have been improved. Saturn IB was first launched in 1966.

From this, we can guess what followed. Saturn V has been developed from early C-5 and first launched in 1967. As the first stage of Saturn V was entirely different from the S-IB of Saturn IB, it has been named S-IC, and the two other stages kept their names : S-II for its new second stage, and S-IVB for the third stage which was the same as the second stage of Saturn IB.

Si vous avec vu toute la première saison de la série d’Apple TV+ « For All Mankind », vous vous êtes sans doute demandé ce qui est plausible dans l’histoire racontée, ce qui s’est vraiment passé, et ce qui relève de l’uchronie. Si vous n’avez pas vu toute la première saison, passez votre chemin car cet article contient beaucoup de spoilers. Si vous avez vu toute cette première saison et que les réponses à ces questions vous intéresse, vous pouvez continuer à lire.

La série débute le 26 juin 1969, historiquement entre les mission Apollo 10, dernière répétition de l’alunissage qui a approché le sol lunaire de 15 km le 22 mai, et Apollo 11, alunissage historique de Neil Armstrong et Buzz Aldrin le 20 juillet 1969. Alors que les servies de renseignement américains n’ont constaté que deux lancements, tous deux réussis, de la fusée lunaire russe, la N1, la planète entière voit en direct à la télévision le premier pas sur la lune du cosmonaute Alexeï Leonov. Les américains sont sous le choc, ils n’ont rien vu venir, et deux astronautes sont particulièrement affectés : Ed Baldwin et Gordo Stevens, ceux-là même qui étaient à 15 km de la surface lunaire une peu plus d’un mois plus tôt.

Beaucoup de choses correspondent à la réalité historique dans ce premier épisode : la fusée russe est celle qui a réellement existé, même si elle n’avait été lancée qu’une seule fois à la date du 26 juin, et que ce lancement avait en réalité été un échec (qui a d’ailleurs décidé les américains à ne pas faire alunir Apollo 10). Alexeï Leonov était effectivement le cosmonaute pressenti pour marcher sur la lune, seul, car la fusée russe étant moins puissante que celle des américains, leur missions lunaire n’envoyait qu’un seul cosmonaute, et non trois astronautes. La date de la mission Apollo 10 et son déroulement sont authentiques, même si la production s’est amusée avec le nom des astronautes. En effet, même si les deux astronautes qui ont réellement approché la lune sont Stafford et Cernan, leurs doublures étaient Gordo Cooper et Ed Mitchell, et Ed Mitchell a volé sur Apollo 14, et dans la série Ed Baldwin est reparti sur Apollo 15. Le bar où les astronautes américains aimaient sortir était effectivement l’Outpost, qui a fermé en 2009. La série met au premier plan le dilemme moral d’Ed Baldwin sur sa décision de ne pas avoir poursuivi la descente, en ne faisant qu’une petite mention du caractère trop lourd de ce LM pour permettre un alunissage sans casse, mais c’est surtout ce second point qui rendait l’alunissage d’Apollo 10 impossible, en plus du roulis anormal qu’ils ont constaté lors de leur descente, et qui a déclenché le moment de la remontée.
A la fin de l’épisode, Apollo 11 fait un alunissage qui ne laisse pas le module lunaire indemne. En réalité, le module lunaire est un engin tellement fragile qu’il n’aurait jamais pu se retrouver dans l’état dans lequel on le voit. Soit il aurait été sur ses quatre pieds intacts, soit un alunissage à plus grande vitesse l’aurait fait se retourner et l’étage supérieur aurait été écrasé sous le poids de l’étage inférieur.

Beaucoup de personnages de la série on réellement existé : Neil Armstrong et Buzz Aldrin bien sûr, mais aussi John Glenn, Michael Collins, Pete Conrad, Deke Slayton qui était réellement responsable de la sélection et de l’entrainement des astronautes, suite à une interdiction de voler pour raison médicale reçu juste après son recrutement comme astronaute pour le programme Mercury, mais qui a été levée, comme dans la série, en 1972, Gene Kranz, même si il est resté directeur de vol jusqu’à la dernière mission lunaire, et vie encore au moment de l’écriture de cet article, Wernher Von Braun, qui a effectivement travaillé pour l’allemagne Nazi pendant la seconde guerre mondiale, Thomas O. Paine, administrateur de la NASA.
D’autres personnages, surtout féminins, ont été un peu modifiés afin d’avoir accès dans la série à des fonctions que seuls les hommes occupaient à l’époque. Margo Madison, protégée de Von Braun dans la série, semble faire référence à Frances Northcutt, seule femme présente dans la salle de contrôle mission de Huston, même si elle n’avait pas de relation particulière avec Von Braun. En revanche, aucune femme n’a accédé au poste de directeur des vols durant les missions lunaire. Molly Cobb est probablement la seule femme pilote dans cette série à avoir réellement existé, tout comme le programme Mercury 13. Ce programme, réalisé juste après les tests d’aptitude physique des sept premiers astronautes américains, pour le programme Mercury, a été mené à l’initiative du médecin qui a réalisé les tests médicaux des astronautes, afin de savoir si il existait aux Etats-Unis un groupe de femmes pilotes aux aptitudes physiques au moins égales à celles de ces astronautes. Treize femmes ont passé ces tests avec autant voir parfois plus de succès que leur homologues masculins. Malheureusement, l’aventure s’est arrêtée juste après, car les astronautes déjà recrutés n’étaient pas prêt à partager leurs places avec des femmes. Dans la série, Molly Cobb et Ellen Waverly sont des anciennes de Mercury 13, mais cette dernière ne semble correspondre à aucune des membres de ce programme.

Dans l’épisode 3, on peut voir un exercice de survie auquel participent le aspirantes astronautes. Ces exercices faisaient réellement partie de la formation des astronautes, car entre les situations d’urgence lors du lancement, et des problèmes lors de la rentrée atmosphérique, il était tout à fait possible que les astronautes se retrouvent dans une région hostile du globe qu’aucune équipe de récupération ne pouvait atteindre rapidement. Il aurait été alors dommage de perdre des astronautes uniquement par qu’ils ont atterri sur une zone de la planète qui n’était pas prévue. L’étrange machine volante à quatre pattes sur laquelle une astronaute se tue à la fin de l’épisode 3 était la machine sur laquelle les astronautes d’Apollo s’entraînaient à l’alunissage. Le LLTV (Lunar Landing Training Vehicle) était fait pour se comporter sur terre comme le module lunaire sur la lune. Neil Armstrong a d’ailleurs failli se tuer avec à cause d’une panne de son moteur, il doit sa vie au siège éjectable dont il était équipé.

Dans la série, le recrutement de femmes comme astronautes est déclenché par l’envoi par les russe d’une cosmonaute sur la lune. Dans la réalité, les russes ont effectivement envoyé une femme (Valentina Terechkova) dans l’espace juste après les deux premiers hommes (Gagarine et Titov), mais c’était seulement pour s’arroger une première supplémentaire. Si il a fallu attendre 1983 et la mission de Sally Ride à bord de la navette spatiale pour qu’une américaine aille dans l’espace, en 2020, seules trois cosmonautes russes ayant été dans l’espace étaient des femmes, alors que 51 astronautes américaines ont volé.

Dans l’épisode 5, ce que l’on voit des systèmes d’Apollo est relativement fidèle, comme par exemple les couchettes dans le module lunaire, qui se résumaient à des hamac pour des raisons de gain de place et de poids. En revanche, il est peu probable que la NASA ait effectivement approuvé une telle improvisation lors d’une sortie extra-véhiculaire. Descendre dans un cratère est extrêmement risqué, car un simple accro sur la combinaison pouvait entraîner une dépressurisation mortelle, et la transformation de la roue du rover lunaire en treuil aurait nécessité des outils dont ils ne disposaient pas là-haut, car la structure du pneu était riveté à la gente. De la même façon, on voit que Houston a un image retransmise en direct depuis la combinaison des astronautes. Ceci est une déformation due à notre époque, ou la capture et la diffusion d’une image vidéo ne demande qu’un matériel de petite taille consommant peu d’énergie. Ce n’était pas le cas à l’époque, et un tel équipement sur les combinaisons auraient été bien trop encombrant et consommateur en énergie. En réalité, hors de retransmission en direct pour le télévision nationale, les échanges entre les astronautes et le contrôle mission n’étaient que vocaux. Il est ainsi peu probable que dans les années 70, une base lunaire ait pu être équipée d’un système de communication vidéo pour les échanges entre les astronautes et le NASA.
On voit, à la fin de cet épisode, deux ans après la mission Apollo 15, soit en 1973, se poser sur la lune une base pilotée à distance. Ce moment est probablement le premier où l’uchronie fait un grand pas vers la fiction. Si l’opinion publique américaine avaient continué à accepter des missions lunaires, la NASA avaient des projets de séjours de plus en plus long sur la lune, mais toujours basés sur le module lunaire que l’on connaît, ou des version légèrement modifiées pour être plus hautes et de plus grande capacité. A la fin de cet épisode, on voit arriver sur la lune une base nécessairement apportée par la fusée Saturn V, puisqu’il n’est fait mention d’aucune autre fusée dans la série, mais avec une forme et une taille qui la rend incompatible avec cette fusée.

Un aspect réaliste que cette série respecte concerne les communications. Au début de l’épisode 6, lors de l’explosion de la fusée Saturn V, aucun son n’est disponible, car le centre de contrôle de Houston n’avait pas besoin d’un flux audio de la fusée, l’image suffisait. C’est pour cette raison que la catastrophe se déroule dans le plus grand silence. La réaction de la directrice de vol dans cette scène est d’ailleurs la même que lors de la catastrophe de la mission STS-107 de la navette spatiale, lorsque celle-ci a brûlé lors de sa rentrée dans l’atmosphère en 2003. Le même réalisme est valable lorsque Baldwin tombe nez à nez avec un cosmonaute russe lors d’une sortie sur la lune. Le vide spatial de portant pas le son, et russes et américains travaillant avec leur propres fréquences radio, il leur est effectivement impossible de communiquer autrement que par le langage corporel. On retrouve le même silence réaliste dans l’épisode 9 lors de l’accident alors que plusieurs astronautes sont en sortie extra-véhiculaire et que la trappe de la capsule est ouverte.

Dans cette série, le réalisme de la base lunaire de Jamestown peut être apprécier en regard de Skylab, le laboratoire spatial que la NASA a lancé après les missions Apollo, et de Saliout, l’équivalent russe. On voit dans la série que les astronautes sur la lune sont équipés d’un magnétoscope, et commencent à avoir des problèmes psychologiques entre 86 et 156 jours de séjour. Si on fait le parallèle avec les stations Skylab et Saliout, la présence d’un magnétoscope pour les divertir est très étrange, car même lors du séjour de 84 jours de Skylab 4 et celui de 175 jours sur Saliout 6, aucun divertissement de ce type n’a été nécessaire. C’était plutôt l’inverse, car le planning sur la première mission Skylab était tellement serré que les astronautes n’avaient plus assez de temps pour se reposer, si bien qu’il a dû être adapté. On est loin d’un besoin de divertissement pour tuer un trop plein de temps.

Une bizarrerie du scénario apparaît lors du premier retour d’astronautes depuis la base lunaire. Ils partent à trois depuis la lune dans ce qui semble être une version du module lunaire plus grande et sans séparation entre les étages. Puis, une fois en orbite lunaire, il passent dans un CSM (capsule et module de service) identique à celui des vrais missions Apollo. On peut alors se poser deux questions : d’où vient ce CSM? Il pourrait avoir été laissé lors du trajet aller, mais si ils ne repartent qu’à deux au lieu de trois dedans, l’astronaute restant sur la lune n’aura plus de moyen de retour. Il faut supposer qu’il a été apporté de manière automatique, car à l’épisode 10, le CSM qu’il utilisent pour venir est totalement à cours de carburant, et Baldwin en a tout de même pour repartir, sans pour autant qu’on ai vu un ravitaillement à partir du carburant produit sur la lune (grâce à l’eau qu’ils y ont trouvé). Une autre aspect étrange est le module lunaire utilisé pour faire la navette avec l’orbite lunaire. Il est plus gros que celui utilisé pour les missions précédentes, lequel correspondait au modèle authentique. Cette différence s’explique par le fait que ce module lunaire doit décoller de la lune, puis y revenir. Cela signifie qu’il doit faire décoller la masse de tout le carburant nécessaire à l’ascension, plus celui nécessaire à la descente. C’est l’inverse de l’autre module lunaire. En plus de cela, son caractère réutilisable empêche de laisser une partie à mis chemin (en orbite dans ce cas), si bien que cela ajoute à la masse à soulever, et donc à la taille globale nécessaire.

Les derniers éléments concernant le réalisme de la première saison de cette série porteront sur les deux épisodes finaux, et le trajet mouvementé vers la lune. La panne du troisième étage de la fusée Saturn V est crédible, si l’on imagine un sabotage. Le dépannage en orbite est également possible, même si le délai dans la série est très court (quelques jours alors que la procédure de dépannage de Skylab a pris deux semaines pour être mis sur pied). Ce qui est dit sur le troisième étage de la fusée est également authentique : il y a bien un anneau rempli d’instruments à cet emplacement de la fusée, avec un accès depuis l’extérieur, même si il n’est pas certain que la taille de cette accès (mois d’un mètre de large) aurait permis le passage d’un astronaute dans une combinaison telle qu’on la voit. En revanche, le déroulement du dépannage, et l’incident qui survient, sont de la pure fiction de cinéma. D’abord, sur les 6 astronautes en orbite, seulement deux restent dans les vaisseaux, et quatre effectuent des sorties extra-véhiculaires. C’est totalement inutile, deux astronautes d’Apollo 25 auraient été suffisant à l’extérieur, aucun membre d’Apollo 24 (la mission dépannée), n’avait besoin de sortir du leur capsule. Ensuite, lorsque la mise à feu du troisième étage ce produit, il faut savoir que celui-ci procure une fois et demi l’accélération de la pesanteur terrestre, et que le CSM d’Apollo 25 pèse 30 tonnes. Cela signifie que le lien qui a été tiré entre les deux vaisseaux spatiaux, et qui n’est là que pour permettre aux astronautes de le parcourir, va supporter l’équivalent de 45 tonnes de traction. C’est comme si un bateau se retrouvait pendu par ses amarres. Il n’y a aucune chance que ceux-ci soient assez solides pour résister à la traction. La seule question que l’on peut se poser est la suivante : est-ce que le lien entre les vaisseaux est assez solide pour tenir le temps de ramener le CSM percuter le troisième étage de Saturn V, dans ce cas il le transpercerait comme une feuille de papier et cela créerait une explosion de l’hydrogène et de l’oxygène liquide qu’il contient. Ou alors, romprait-t-il avant que le CSM ne touche la fusée, auquel cas tout le monde s’en sortirai indemne, mis à par le ou les astronautes encore attachés à la fusée. Pour eux, il serait totalement impossible de se détacher, car avec 1,5G d’accélération, leur propre poids ajouté à celui de leur combinaison les rendrait comme suspendus sur terre avec 250 kg accrochés au corps. Ensuite, le choix fait par Slayton et Waverly de pousuivre la mission alors que le troisième étage de Saturn V s’est allumé au mauvais moment est carrément absurde. Il est dit que leur trajectoire va les amener à 1000 miles de la lune, c’est déjà une chance considérable compte tenu de la taille de l’orbite lunaire (la zone en question ne représente que 0,2% de tous les endroits où la fusée aurait pu envoyer Apollo 24). Le principe est le même que lorsqu’on fait tourner une fronde au dessus de sa tête, si on veut atteindre sa cible, il faut la lâcher au bon moment. Avec un mauvais timing, la pierre peut partir à l’opposé de la direction souhaité. Au lieu d’arriver à 60 miles de la lune pour entrer dans son orbite, Apollo 24 arrive à 1000 miles. Dans la réalité, atteindre la lune n’aurait pas été un problème de vitesse minimum à avoir, car Saturn V aurait très certainement donnée assez de vitesse, mais de corrige la trajectoire donnée par la fusée pour ne pas passer trop loin de la lune et finir en orbite autour du soleil (ce qui a d’ailleurs été le cas des troisième étages d’Apollo 8, 10, 11 et 12). Si on suppose que tel a été le cas, et que Waverly a consommé tout le carburant du CSM pour passer suffisamment près de la lune, il est probable que le rendez-vous avec Baldwin auraient été impossible, car le module lunaire, même dans sa version modifiée, n’aurait sûrement pas eu assez de carburant pour effectuer la trajectoire nécessaire (mise en orbite lunaire, puis accélération à la même vitesse que celle du CSM venant de la terre, puis rendez-vous, puis décélération jusqu’à se poser sur la lune).

Si vous avez vu ce film de Morten Tyldum avec Benedict Cumberbatch et Keira Knightley, vous vous êtes peut-être posé la question de ce qui était historiquement juste, et de ce qui relevait de la fiction. Après m’être documenté, je pense pouvoir vous donner ici une réponse à cette question.

Contrairement à d’autre films sur la vie d’Alan Turing, comme Codebreaker, Le Modèle Tuing, ou Comment les maths ont vaincu Hitler, Imitation Game a été critiqué pour ses erreurs historiques et la caricature qu’il fait du personnage d’Alan Turing.

Pour tenter de lister des façon exhaustive les erreurs historiques d’Imitation Game, je les ai classées par catégories.

Erreurs sur les personnalités des personnages

Alan Turing est présenté comme assez peu social, à cause d’une forme d’autisme ou du syndrome d’Asperger, qui sera en réalité diagnostiqué par certains chercheurs bien après la seconde guerre mondiale. En réalité, ses collègues de l’époque le décrivent comme quelqu’un qui avait de l’humour, des amis et entretenait de bonnes relations avec eux. Dans le film, lorsque Cairncross le menace de dévoiler son homosexualité pour que Turing ne dénonce pas son activité d’espion au service de l’URSS, ce dernier décide de ne rien révéler. En réalité, l’activité d’espion de Cairncross n’a été découverte que bien plus tard, et les services de renseignement britanniques étaient tellement cloisonnés que Turing et Cairncross ne se sont sans doute jamais parlé. Enfin, cette scène suppose que Turing aurait renoncer à dénoncer un espion pour protéger le secret de son homosexualité, ce que les historiens pensent peu probable, compte tenu de la personnalité de Turing. D’ailleurs, les activités des employés de Bletchley Park étaient tellement secrètes que Turing ne les auraient jamais révélées à un inspecteur de police enquêtant sur son homosexualité. Dans le film, l’amour qu’il a pour Chritopher est réciproque, et il nie être son ami lorsqu’il apprend sa mort. En réalité, si Christopher savait être aimé de Turing il ne partageai pas ses sentiments, et Turning a ouvertement été effondré à la mort de celui-ci.

Le commandant Denniston est présenter dans le film comme un personnage obtus qui empêche Turing de progresser dans son travail. En réalité, les dirigeants de Bletchley Park, dont Denniston, avaient bien compris la valeur de Turing et de ses travaux, et oeuvraient pour lui permettre d’obtenir ce dont il avait besoin. Si Alan Turing a effectivement écrit une lettre à Churchill afin d’obtenir plus de ressources, il ne l’a pas fait seul, mais avec d’autres collègues de Bletchley Park comme Hugh Alexander.

Le film montre une complicité entre Turing et Menzies, chef du service de renseignement britannique, mais aucun document de l’époque ne laisse supposer une telle relation.

Si je personnages de Joan Clarke était effectivement la seule femme cryptanalyste de Bletchley Park, et qu’elle s’est fiancée avec Turing à la demande de ses parents à cause des conventions sociales, le reste de la relation avec Alan Turing est très probablement fictive (surpasse Turing au test de recrutement qu’elle passe le même jour que lui, Turing qui l’a fait engager comme secrétaire, travail ensemble chez la logeuse de Turing, visite lorsque Turing purge sa peine). En effet, on sait qu’ils ont été amis de 1940 jusqu’à après la fin de la guerre, mais Clarke ayant toujours été très secrète sur sa vie, il est probable que les scénaristes d’Imitation Game aient imaginés ce dont il avaient besoin pour leur récit. Enfin, Joan Clarck a été repérée dans un cours de géométrie de Cambridge par Gordon Welchman, un mathématicien de Bletchley Park dont le film ne fait aucune mention, et qui l’a recruté pour travailler sur le procédé de cryptanalyse d’Alan Turing.

Erreurs historiques

Toute la partie sur Turing et l’activité d’espion de John Cairncross est fictive, car si Cairncross a bien existé, et qu’il était effectivement un espion russe, ceci n’a été découvert que bien plus tard, et le cloisonnement des service de renseignement britanniques fait qu’il n’a probablement jamais rencontré Alan Turing.

Dans le film, la machine électromécanique s’appelle Christopher, mais en réalité elle se nommait Victory.

L’arrestation d’Alan Turing par des policiers est décrite comme ayant eu lieu en 1951, alors qu’elle a eu lieu en 1952, et que Turing n’a jamais révélé aux policiers ses activités à Bletchley Park.

Le film montre Alan Turing incapable de travailler sous l’effet du traitement hormonal, alors qu’il a produit à cette époque un travail novateur sur la mophogénèse.

Le film parle d’un suicide Turing après un an de traitement hormonal, alors que sa mort, dont la qualification de suicide fait débat, a eu lieu quatorze mois après la fin de sa période de castration chimique.

Dans le film, à la fin de la guerre, Menzies ordonne à l’équipe de détruire tout leur travail et de faire comme si rien ne s’était passé. En réalité, comme un bombardement de Bletchley Park pouvait occasionner la destruction de tout le travail de cryptanalyse, trois autres sites hébergeaient des machines électromécaniques conçues par les équipes de Bletchley Park. En 1945, plus de 200 de ces machines étaient exploitée au Royaume-Unis, et même si une partie a été détruite après le fin de la guerre, une majorité a continué à être exploité pour de la cryptanalyse.

Dans le film, Hugh Alexander lui propose une modification de sa machine afin de l’améliorer, or cette modification est en réalité une idée du mathématicien Gordon Welchman, dont le film ne fait aucune mention.

Dans le film, lorsqu’ils parviennent enfin à déchiffrer des message de l’Enigma, ils décident de ne pas le révéler afin de ne pas prendre le risque de dévoiler aux allemands l’avantage dont il bénéficient. Si la logique de cette décision est authentique, celle-ci ne s’est pas prise à Bletchley Park, mais à beaucoup plus haut niveau. Churchill était au courant de tous les progrès des cryptanalystes, et c’est à son niveau qu’il était décidé comment utiliser quelle information.

Erreurs concernant la cryptanalyse

La gageure d’un film traitant de mathématiques est de ne pas trop simplifier le problème dont il est question, sans pour autant perdre le spectateur.
Dans Imitation Game, les scénariste on fait le choix de mettre en scène un « génie de cinéma », aux idées juste assez malignes pour que le spectateur les comprennent tout en se disant qu’elles sont effectivement malignes.

La réalité de la cryptanalyse est tout autre.

L’idée de rechercher des mots que l’on pense contenu dans un message codé pour simplifier son déchiffrage date des débuts de la cryptanalyse, au neuvième siècle, et n’est absolument pas l’idée de génie qui a permis à Turing d’avancer dans son travail. En réalité, si il a eu ce que l’on peut considérer comme un éclair de génie, c’était un soir où il travaillait seul à la Hut 8, et il lui a fallu des mois, et non quelques minutes, pour le mettre en oeuvre et obtenir un résultat probant.

Imitation Game donne l’impression qu’Alan Turing a inventé la machine électromécanique qui permet de casser les codes de l’Enigma, mais cette machine a en réalité été inventé par le mathématicien polonais Marian Rejewski qui a travaillé sur l’Enigma allemande à partir de 1929, même si sa machine ne pouvait déchiffrer qu’une version commerciale et non militaire de l’Enigma.

Une autre erreur faite par Imitation Game au sujet de l’Enigma est qu’il n’en existait pas un seul type, mais plusieurs, commerciaux et militaires. Les premières version ont été complexifiées au cours du temps pour rendre leur décodage plus difficile, même si les allemands n’étaient pas au courant des progrès de cryptanalyse des britanniques. Entre les différentes armées de l’Axe se servant de l’Enigma, des négligence dans son utilisation fournissait parfois des indices permettant le décodage des messages. Contrairement à ce que l’on peut voir dans le film, à aucun moment de la guerre, les britannique n’ont connu la position de tous les sous-marins allemands. Même si, en 1945, la quasi totalité des messages allemands pouvaient être déchiffrés par les anglais, ceux destinés aux U-Boot ont toujours bénéficié de plusieurs niveaux de chiffrement qui les rendaient souvent inutilisables même déchiffrés. Par exemple, voici un message de U-Boot une fois tout le chiffrage de l’Enigma correctement retiré : « CKSA KBXO MBGV QQYY OJ ». Ce n’est pas de l’allemand, mais une suite de mots associés à des informations par l’intermédiaire d’un manuel qu’il faut connaître pour en comprendre le sens. Même en ayant ce manuel en sa possession, on obtient le message suivant : « Convoi en vue, carré BE4131, route au Sud, signé U-276 », et cette fois-ci c’est la position BE4131 qui pose problème, car elle est également codée, parfois même par une transposition communiquée à l’orale juste avant l’appareillage du sous-marin. Ainsi, malgré le travail formidable de des équipes de Bletchley Park, la lutte contre les sous-marins allemands a été gagnée grâce aux reconnaissances aéronavales, aux radars, aux écho-sondeurs ASDIC, à la localisation par radiogoniométrie, mais aussi grâce au nombre des navires engagés et à l’endurance des marins. Enfin, en fonction des modifications faites par les allemands, les progrès dans le déchiffrage ne duraient pas toujours. Par exemple, entre février et décembre 1942, les anglais sont redevenu incapables de déchiffrer les messages des Enigma M4 utilisées par les U-Boot. Il aura fallu attendre que le U559 soit capturé pour la la nature exact de la modification ainsi qu’un manuel de code permette aux cryptanalystes de décoder de nouveau les messages échangés par cette machine.

Si comme moi vous avez toujours utilisé des ordinateurs fonctionnant sous Windows, et que vous devez du jour au lendemain être productif sur un projet qui ne travail qu’en ligne de commande sous Linux, ce guide est fait pour vous.
Contrairement à ce que l’on pourrait penser, il existe de multiples façon d’être confronté à une interface Linux en ligne de commande, car beaucoup de systèmes (Smartphone Android, server d’hébergement de site web…) utilisent Linux comme base, et nécessite de passer par la console pour effectuer certaines opérations.

La console Linux est très différente de l’utilisation de Windows car ce dernier a été conçu pour n’être utilisé que via des programmes avec une interface graphique, alors que Linux, si il peut disposer d’une interface graphique aussi pratique (voir même plus) que Windows, est fait pour être 100% utilisable en mode console, en ne faisant que taper des commandes, ce qui n’est pas le cas de Windows. Je donnerai de temps en temps l’équivalent Windows des commandes dont je parlerai, et vous verrez qu’elles sont bien plus limitées.

Pour commencer, il faut ouvrir une console et se connecter sur la machine Linux sur laquelle on souhaite travailler (si ce n’est pas la machine locale, dans le cas d’un hébergement de site web par exemple). Je ne vais pas détailler cette étape car elle dépend trop de l’environnement de travail, sachez juste que sous Linux, impossible d’utiliser une machine sans s’authentifier avec un login et un mot de passe. De cette identification découlent des droits, qui sont différents en fonction des utilisateurs. Un seul utilisateur existe cependant toujours, même si la connexion sous sont nom est souvent désactivée pour des raisons de sécurité : root. Cet utilisateur est à la racine de tous les autres, ce qui signifie qu’il possède tous les droits sur la machine.

Une fois connecté sur la machine (avec PuTTY par exemple si vous accédez à un serveur web depuis Windows), vous avez l’invite de commande dont l’aspect est entièrement paramétrable (on peut y afficher la date, l’heure, le nom de l’utilisateur, de la machine…). Pour ce guide, on utilisera un simple caractère dollar:


$

L’invite de commande est affichée par un programme, un interpréteur de commande, qui peut être différent selon les systèmes (ce qui peut expliquer que ce que je décris ici ne s’appliquera pas toujours exactement à votre cas). Le plus courant est l’interpréteur de commande bash. La seule chose que va faire cet interpréteur est d’appeler les commandes (programmes) dont vous écrirez les noms, en leur donnant en entrée ce que vous décrirez dans la ligne de commande que vous taperez. Il affichera ensuite ce que la commande (programme) retournera sur ce que l’on appelle la « sortie standard ». L’une des grandes forces de Linux est que tous les programmes conçus pour lui le sont selon la même philosophie : ils prennent en entrée un flux (données mises les unes derrière les autres comme une longue liste), et retournent un flux. Un programme Windows peut prendre en entrée des clics sur des boutons, des fichiers, des sélections parmi des éléments graphiques… Cette diversité pose des problèmes de compatibilité qui rendent la réutilisation des programmes Windows très difficile. Par conception, les programmes Linux doivent avoir tout ce dont il ont besoin sur leur flux d’entrée, et ne rien demander de plus à l’utilisateur (pas d’affichage de question demandant une réponse). Si des données leur manquent, il affichent une erreur sur la « sortie d’erreur » puis s’arrêtent.
Ainsi, le premier mot tapé après l’invite de commande sera considéré comme celui d’un programme à exécuter. L’interpréteur vas rechercher ce programme, puis l’exécuter en lui donnant sur son flux d’entrée ce qui aura été écrit après sur la ligne de commande.

Comme Windows, Linux possède un système de fichier, à cette différence près que ce n’est pas le caractère « \ » qui sépare les noms des dossiers, mais le caractère « / ». De plus, il n’y a pas de lettre de lecteur sous Linux, les disques autres que celui où se trouve le système sont « montés » dans un chemin configurable. Si on insère une clé USB dans une machine Linux, il faudra peut-être « monter » cette clé sur un chemin manuellement, et dans tous les cas retrouver le chemin où cette clé a été montée, potentiellement de manière automatique. Si tel est votre besoin, je vous laisse rechercher en anglais sur internet avec le mot clé « mount », car ce guide serait bien trop long si tous les aspects tels que celui-ci devaient être traités. Par défaut, lorsqu’on se connecte à une machine Linux, on se trouve dans le répertoire « home » de l’utilisateur avec lequel on s’est connecté. Comme l’invite de commande est configurable, elle n’affiche pas comme sous Windows le chemin du répertoire courant, on utilisera donc la commande suivante (le caractère « $ » n’est pas à taper puisque c’est l’invite de commande dont on a parlé plus haut):


$ pwd

Comme sous Windows, on peut visualiser le contenu du répertoire courant avec la commande « ls » (sous Windows c’est la commande « dir »). On utilisera la même commande que sous Windows pour changer de répertoire courant : « cd » suivit du chemin sur répertoire dans lequel on souhaite aller (attention cependant à utiliser le caractère « / » en lieu et place du « \ » sous Windows). Comme sur Windows, les chemins relatifs commencent par « .. ». Comme il n’y a pas de lettre de lecteur, les chemins absolus commenceront par « / »:


$ pwd
/home/toto
$ cd ../titi
$ pwd
/home/titi
$ cd /data
$ pwd
/data

Comme toutes les commandes Linux doivent se contenter de ce qu’on leur donne sur leur flux d’entrée, beaucoup acceptent des paramètres. Pour connaître les paramètres que l’on peut donner à une commande, utiliser la commande « man » suivit du nom de la commande qui nous intéresse:


$ man pwd

Cette commande va recherche sur le système un fichier de manuel pour la commande dont on lui a donné le nom, puis elle affiche ce fichier dans toute la console, ce qui donne ceci:


PWD(1L) Manuel de l'utilisateur Linux PWD(1L)

NOM
pwd - Afficher le nom du répertoire de travail en cours.

SYNOPSIS
pwd
pwd {--help,--version}

DESCRIPTION
Cette page de manuel documente la version GNU de pwd
([NDT] pwd = Print Working Directory).

Lorsqu’on a pas l’habitude, on peut se retrouve coincé, car il n’est pas écrit comment revenir à l’invite de commande. Pour quitter le manuel et revenir à l’invite de commande, taper sur la touche « q » du clavier. Lorsqu’on est dans un manuel, la navigation se fait en partie commande l’éditeur de texte indispensable à connaître sous Linux : « vi » (prononcer ces deux lettres à l’anglaise).
Pour se déplacer dans un manuel ou un fichier ouvert par vi, utiliser les flèches ainsi que les touches Page Up et Page Down pour aller plus vite. Taper la combinaison Maj+g pour aller à la fin, et deux fois la touche « g » rapidement pour aller au tout début. Pour rechercher un mot, taper sur la touche « / » immédiatement suivi du mot à rechercher. La recherche se fait en même temps que la frappe, et une fois le mot à rechercher tapé en entier, taper sur la touche « n » pour aller à l’occurrence suivante du mot recherché, et Maj+n pour aller à la précédente. Il est également possible de recherche un mot dans les manuels de toutes les commandes disponibles sur la machine, à l’aide de la commande suivante:


man -k MotaRechercher

Maintenant que nous avons parlé de l’éditeur de texte vi, nous allons donner quelques éléments très utiles, même si cet éditeur a énormément de fonctionnalités. Contrairement à Windows, où l’on peut ouvrir un fichier texte et faire des sélections à la souris puis des copier/coller, vi ne permet pas cela, ou alors seulement dans le même fichier. On devra donc ruser pour obtenir le même résultat (copier d’abord le fichier, puis modifier la copie, et éventuellement y ajouter des lignes à la fin en provenance d’un autre fichier).
La première chose à savoir sur vi c’est qu’une fois ouvert, il répond aux touches du clavier comme étant des commandes (comme on vient de la voir pour la recherche). Si on veut modifier le fichier, il faudra d’abord exécuter la commande « insert » en tapant au clavier sur les deux caractères « : » et « i », le premier annonçant que le second est une commande. On sera alors en mode insertion, et on pourra en sortir avec la touche « Esc ». Si vous vous être trompé, et que vous voulez annuler la dernière modification, utiliser la commande « u » (en tapant « :u » depuis le mode commande, donc faire « Esc » si vous étiez en train de taper du texte dans le fichier).

Voici un résumé des commandes vi citées ci-dessus ainsi que quelques autres très utiles:

  • Ouvrir le fichier /home/toto/myfile.txt avec vi (il sera créé si il n’existe pas): « vi /home/toto/myfile.txt »
  • Modifier (insérer) du texte : « :i »
  • Quitter le mode édition : Esc
  • Rechercher la chaîne de caractères « toto » : « /toto »
  • Rechercher la prochaine occurrence de la chaîne de caractères : « n »
  • Rechercher la précédente occurrence de la chaîne de caractères : « N »
  • Aller au début du fichier : « G »
  • Aller à la fin du fichier : « gg »
  • Aller à la ligne 232 : « :232 »
  • Couper 4 lignes à partir de la ligne actuelle : « 4dd »
  • Copier 5 lignes à partir de la ligne actuelle : « 5yy »
  • Coller les lignes copiées ou coupées juste après la ligne actuelle: « p »
  • Afficher les numéros de lignes: « :set number »
  • Masquer les numéros de lignes: « :set nonumber »
  • Annuler la précédente action: « :u »
  • Quitter en enregistrant (ne pas oublier Esc si mode édition): « 😡 » ou « :wq »
  • Quitter sans enregistrer (ne pas oublier Esc si mode édition): « :q! »
  • Enregistrer sans quitter (ne pas oublier Esc si mode édition): « :w »

Comme on l’a déjà évoqué, l’interpréteur de commande bash va considérer chaque premier mot qu’on lui donne comme une commande (un programme), qu’il doit trouver et exécuter. Nous allons voir comment il fait cela, car si une commande ne marche pas, la cause peut venir de là.

L’interpréteur de commande est exécuté avec ce qu’on appelle un environnement, c’est un ensemble d’éléments dont il hérite de celui qui l’a démarré. Parmi ces éléments, deux sont souvent à vérifier afin de comprendre pourquoi ce que l’on tente de faire ne fonctionne pas : les variables et les alias.

Les variables sont, comme leur nom l’indique, des couples nom/valeur. L’une d’entre elle est utilisée pour rechercher les commandes appelée dans l’interpréteur, c’est la variable PATH. Cette variable contient une liste de chemins répertoires séparés par « : », c’est dans ces répertoire que l’interpréteur va rechercher les programmes dont le nom doit correspondre aux commandes qu’on lui donne. Pour afficher le contenu d’une variable, utiliser la commande « echo »:


$ echo $PATH

Pour faire la différence entre une simple chaîne de caractère et le nom d’une variable, Linux utilise le caractère « $ ». Ce qui suivra ce caractère sera considéré comme le nom d’une variable, et ce jusqu’au prochain caractère espace. Même si dans cet exemple le nom de la variable est entièrement en majuscule, ce n’est pas une obligation, mais une convention très souvent respectée.

Pour modifier le contenu d’une variable, ou en créer une nouvelle, utiliser le symbole « = »:


$ MY_PATH=/home/toto
$ echo $MY_PATH
/home/toto
$ MY_PATH=$MY_PATH:/home/titi
$ echo $MY_PATH
/home/toto:/home/titi

Dans l’exemple ci-dessus, on a concatener à la variable MY_PATH un chemin supplémentaire. Ceci est utile pour la variable PATH, si on souhaite ajouter un dossier où l’interpréteur doit rechercher des commandes. Attention cependant, les variables créées n’existent que dans l’environnement courant, si on se connecte à nouveau sur la même machine, elles ne seront plus là, car rien ne les aura créé. Pour les rendre persistantes, il faut les créer dans un fichier qui sera « sourcé » à chaque démarrage de l’interpréteur. Pour l’interpréteur bash, ce fichier s’appelle « .bashrc » (le point au début indique que c’est un fichier caché) et se trouve dans le home de l’utilisateur (on peut le créer si il n’existe pas déjà).

En plus des variables, l’environnement contient également des alias. La différence entre une variable et un alias est que l’alias n’a pas de caractère « $ » précédant sont utilisation. Il consiste en un remplacement d’une chaîne de caractère par une autre, effectué sur les commandes tapées dans l’interpréteur. Les alias servent à créer des commandes simplifiées, ou à forcer certaines options.

Par exemple, voici comment créer un alias « ll » pour la commande « ls -l », ainsi qu’un alias « rm -i » pour forcer l’option « -i » à chaque utilisation de la commande « rm »:


$ alias ll='ls -l'
$ alias rm='rm -i'

Il arrive sur certains système que la commande « rm » (supression de fichier ou répertoire) ait un alias pour forcer l’option « -i » (demande de confirmation). Une telle option peut être très gênante si on veut supprimer un répertoire ainsi que tout son contenu, c’est pour cela que l’on pourra demander à l’interpréteur de ne pas résoudre cet alias grâce au caractère d’échappement « \ »:


$ \rm /home/toto/*

On pourra aussi vérifier si l’alias « rm » existe, et le supprimer (c’est une action permanente, contrairement à l’utilisation de l’échappement):


$ alias rm
alias rm='rm -i'
$ unalias rm

Comme pour les variables, les alias devront être créé au bon endroit si on veut qu’ils soient persistants (ex: fichier « .bashrc »).

En plus de résoudre les alias, les variables et de rechercher les programmes correspondants aux commandes, l’interpréteur bash a une autre fonctionnalité très pratique, que la console Windows a fini par copier : la complétion.
Comme le commandes sont interprétée, le nombre de commandes qui ont un sens n’est pas illimité, ainsi, l’interpréteur fourni la possibilité de compléter automatiquement la commande en cours avec ce qu’il considère possible (qu’il est capable d’interpréter). Cette complétion s’obtient en tapant sur la touche Tabulation du clavier, lorsqu’on est en train d’entrer une commande. Si on le fait alors que aucune commande n’as été entrée, le nombre de possibilités sera très grand, et l’interpréteur demandera une confirmation avant d’afficher les centaines de possibilités. Si on le fait lorsqu’on a commencé à taper un chemin, par exemple « /home/toto/ », il affichera successivement, à chaque frappe de la touche Tabulation, un élément contenu dans le dossier dont on a entrée le chemin. Cette fonctionnalité fait gagner beaucoup de temps, surtout lors de la saisie des chemins de fichiers.

Dans le même ordre d’idée, l’interpréteur garde en mémoire la liste des commandes qu’on lui a fait exécuté, et cette liste peut être parcourue grâce aux flèches Haut et Bas lorsqu’on est dans la console. On peut également faire une recherche dans cette liste de commande, à l’aide des touches Ctrl+r, puis en tapant la partie de commande de l’on recherche, un nouveau Ctrl+r donnera à chaque fois l’occurrence suivante correspondante dans l’historique des commandes. Ces raccourcis permettent de gagner beaucoup de temps en évitant de retaper des commande déjà utilisé, ou de partir de celles-ci pour en saisir de légèrement différentes (lorsqu’on corrige une erreur par exemple).

On a vu que l’interpréteur recherchait les programmes correspondant aux commandes dans dossiers listés dans la variable PATH. Il existe cependant un moyen de lui demander ou se trouve le programme correspondant à une commande, avec la commande « which »:


$ which ls
/bin/ls

Une chose qui peut être assez déconcertante lorsqu’on débute sur Linux, est que certains caractères ont une signification pour l’interpréteur, et leur utilisation peut mener à un comportement auquel on ne s’attend pas, si on ignore quels caractères ont quelle signification. Un bon exemple de cela est le caractère espace. Il est utilisé comme séparateur, si bien que si jamais il apparaît dans un nom de fichier (habitude fréquente sous Windows, mais à proscrire même si cela est possible sous Linux), il faudra mettre ce nom entre guillemets et échapper l’espace pour qu’il soit correctement interprété:


vi "Mon\ fichier\ avec\ des\ espaces.txt"

De la même façon, la quasi totalité des commandes Linux travaillent en utilisant l’espace et le retour chariot comme séparateurs. C’est pour cette raison que par défaut, la commande « echo » ne peut afficher plus d’une ligne. Si on veut lui demander d’afficher plusieurs lignes (séparées par le caractère retour chariot « \n »), il faudra utiliser l’option « -e »:


$ echo "1\n2\n3"
1\n2\n3
$ echo -e "1\n2\n3"
1
2
3
$

On notera au passage que, contrairement à Windows, le retour à la ligne sous Linux n’est spécifié que par un seul caractère d’un octet « \n », alors que Windows en utilise deux : « \r\n ». Ainsi, un fichier créé sous Linux créera une erreur sous Windows, et un fichier Windows affichera des caractères supplémentaires pouvant créer des erreurs avec certains programmes sous Linux.

Il sera possible de remplacer tous les retour à la ligne Windows « \r\n » par des Linux « \n » dans le fichier windowsFile.txt avec la commande suivante:


$ sed -i 's/\r\n/\n/g' windowsFile.txt

Les caractères ayant des significations spéciales dépendent des commandes utilisées, mais il est tout de même intéressant de s’intéresser aux expressions régulières pour se familiarisé avec un concept très utile pour les opérations de recherche et de remplacement automatique de chaînes de caractères.

Prenons l’exemple de la recherche. Elle se fait sous Linux grâce à deux commandes principales : « grep » et « find ».
« grep » est pour rechercher dans le contenu des fichiers, et « find » pour rechercher sans analyser le contenu.

Voici quelques exemples:

  • Rechercher un fichier ou dossier nommé « toto.txt » à partir de l’emplcement /home/toto : find /home/toto -name toto.txt
  • Rechercher un dossier nommé « titi » à partir de l’emplcement /home/toto : find /home/toto -name titi -type d
  • Rechercher tous les fichiers ou dossiers modifiés dans les 180 dernière minutes à partir du répertoire courant : find -cmin -180
  • Rechercher tous les fichiers ou dossiers modifiés dans les 3 derniers jours à partir du répertoire courant : find -ctime -3
  • Rechercher à partir du répertoire courant tous les fichiers ou dossiers ayant l’une des extensions suivantes *.cpp, *.h : find -regex « .*\.\(cpp\|h\) »
  • Rechercher un fichier contenant le texte « toto » dans tous les fichier nommés « *.txt » à l’intérieur du répertoire /home/toto et de ses sous-répertoires (r), n’afficher que le nom des fichiers contenant le texte recherché (l) et ne pas être sensible aux majuscules et minuscules (i) : grep -rli toto /home/toto –include *.txt

La chaîne de caractères recherchée (ici : « toto ») pourra contenir une expression régulière, afin de permettre plus de finesse dans la recherche. On notera également que les expressions régulière donnant un sens à un grand nombre de caractère spéciaux, il sera nécessaire de les échapper si on souhaite rechercher ces caractères. On notera enfin avec l’exemple ci-dessus que, par défaut, les commandes Linux font le strict minimum, et qu’il faudra leur demander explicitement des choses que Windows fait par défaut (mais cela donne ainsi plus de contrôle, car on peut choisir ou non de leur demander de faire plus). Ainsi, dans l’exemple présenté de la commande « grep », on a préciser de rechercher les majuscules et les minuscules des termes spécifiés (avec l’option -i), et de regarder également dans les sous-répertoires de l’emplacement de base de la recherche (avec l’option -r).

Comme certaines commandes peuvent prendre du temps à s’exécuter, ou faire un travail qu’on ne souhaite finalement pas, il est possible d’arrêter l’exécution de la commande en cours en utilisant la combinaison de touches Ctrl+c.
Une autre combinaison de touches intéressante à connaître, afin de comprendre pourquoi plus rien de change dans l’affichage est Ctrl+s. Cette combinaison est très utile sous Windows pour sauvegarder le document ouvert, mais si on la fait dans une console Linux, elle aura pour effet de figer l’affichage, et on ne verra plus ainsi la progression de la commande en cours d’exécution. Pour libérer cet affichage, il faudra faire la combinaison de touches Ctrl+q.

Maintenant qu’on a fait le tour des éléments essentiels à connaître, voici une liste de commandes souvent utiles:

  • Créer un répertoire /home/toto/mydir (en supposant que /home/toto existe déjà) : mkdir /home/toto/mydir
  • Supprimer un fichier : rm fileToDelete.txt
  • Supprimer le répertoire /home/toto et tout son contenu sans demander de confirmation (f), à utiliser avec précaution car il n’y a pas de retour en arrière possible, ni corbeille comme sous Windows, ni opération Annuler : rm -rf /home/toto
  • Copier le fichier /home/toto/myFile.txt dans /home/titi : cp /home/toto/myFile.txt /home/titi
  • Copier le répertoire /home/toto et tout son contenu dans /home/titi (on aura alors un répertoire /home/titi/toto) : cp -r /home/toto /home/titi/
  • Déplacer le répertoire /home/toto/src dans /home/titi (on aura alors un répertoire /home/titi/src) : mv /home/toto/src /home/titi/

D’autre commandes peuvent également être utiles pour des besoins spécifiques, ou même des structures de contrôle (le langage de l’interpréteur en un langage de script, avec des boucle, des conditions…), mais comme tout cela serait très long à expliquer, et que beaucoup de documentation existe sur internet, je vais me limiter ici à vous donner une exemple de commande évoluée mettant en oeuvre plusieurs de ces éléments:


$ for i in $(grep -rl "2020-[0-9][0-9]-[0-9][0-9]" /home/toto/src);do sed -i 's/2020\(-[0-9][0-9]-[0-9][0-9]\)/2019\1/g' $i;done

La commande ci-dessus contient une boucle avec une variable i. Les valeurs de cette variable sont générées à partir d’une sous commande encapsulée dans $().
La sous commande va rechercher les noms (l) des fichiers dans le dossier et sous-dossier (r) de /home/toto/src contenant la séquence de caractères suivante : « 2020- » suivi de deux chiffre de 0 à 9, puis du caractère « -« , puis de deux chiffres de 0 à 9. Avec les valeurs prises par i (ce sont donc les noms des fichiers qui contiennent la séquence « 2020- » deux chiffre, tiret, deux chiffres), on a effectuer un remplacement (sed) de caractère à l’intérieur de ces fichiers (-i pour ne pas créer de nouveau fichier). On va remplacer la séquence « 2020- » deux chiffre, tiret, deux chiffres par « 2019- » puis le reste de la séquence d’origine (deux chiffres, tiret, deux chiffres).

Lorsqu’on vient de Windows, il est également intéressant de savoir

On va terminer ce billet en donnant des explications sur quelques caractères spéciaux de l’interpréteur dont il peut être utile de connaitre le sens:

  • Envoyer la sortie standard de la commande pwd dans le fichier toto.txt (il sera créé si il n’existe pas: pwd > toto.txt
  • Ajouter la sortie standard de la commande pwd à la fin du fichier toto.txt (il sera créé si il n’existe pas: pwd >> toto.txt
  • Exécuter la commande « gedit » et se débarrasser de la sortie standard et la sortie d’erreur (utile lorsqu’on lance une interface graphique et que l’on ne veut rien avoir qui s’affiche dans la console) : gedit &> /dev/null
  • Rechercher la chaîne « toto » sur la sortie de la commande « ls -R » (afficher le contenu d’un dossier et de tous ses sous dossiers) : ls -R | grep toto

Les exemples ci-dessous n’ont pas d’intérêt en eux-même, ils ne sont là que pour montrer l’utilisation des symboles « > », « >> », « &> » et « | » (Alt Gr + 6), lesquels peuvent être intéressants à connaître au cas où on les retrouve dans un script bash. En effet, comme le langage de l’interpréteur est un langage de script, il est possible de faire un fichier qui contiendra des commandes et sera exécuté par Linux comme un programme. Pour cela, le fichier, souvent d’extension *.sh, doit commencer par:


#!/bin/bash

Cette ligne indique à l’interpréteur que ce qui suit dans le ficher sont des lignes qui seront comprises par le programme /bin/bash. Pour rendre un tel fichier de script exécutable, il faudra modifier ses permissions avec la commande « chmod »:


$ chmod u+x myscript.sh

La commande ci-dessus demande à ajouter (+) l’autorisation d’exécution (x) pour la possesseur du fichier (u) myscript.sh. En effet, sous Linux, tous les fichiers et les répertoires ont un possesseur, et des autorisation pour lui, le groupe d’utilisateur dont il faut partie, et les autres (tous les utilisateurs hors du groupe dont il fait partie).

Pour connaitre les groupe dont on fait partie, utiliser la commande « id ».

Une dernière chose dont il est intéressant de connaître l’existence sous Linux sont les liens symboliques. On peut les comparer aux raccourcis sous Windows, même si ils sont quelque peu différents. Ce sont des fichier pointant sur un autre emplacement, et que l’on peut parcourir comme un dossier. Leur intérêt est surtout de fournir un compatibilité ascendante, car on peut ainsi créer un lien portant le nom d’une ancienne version de logiciel, et le faire pointer vers la nouvelle. On aura alors uniquement installé la nouvelle version, mais les programmes recherchant à l’emplacement de l’ancienne seront redirigés sans s’en rendre compte. Voici les principales commandes liées aux liens symboliques:

  • Créer un lien symbolique titi pointant vers /home/toto (-s pour créer et -f pour écraser un lien déjà existant) : ln -sf /home/toto titi
  • Supprimer le lien symbolique titi (il sera plus simple de supprimer/recréer plutôt que de modifier, et un rm sur un lien symbolique supprimera la cible du lien, et non le lien lui même) : unlink titi

Résumé de toutes les commandes citées dans cet article:

  • Afficher le répertoire courant : pwd
  • Afficher le contenu du répertoire courant : ls
  • Afficher le contenu du répertoire courant avec les fichiers cachées (a) et les détails (l) par ordre de date de modification (t): ls -lta
  • Changer le répertoire courant pour aller dans /home/toto : cd /home/toto
  • Ouvrir le fichier toto.txt avec l’éditeur vi : vi toto.txt
  • Afficher le manuel de la commande pwd : man pwd
  • Rehercher « toto » dans les manuels de toutes les commandes : man -k toto
  • Afficher la valeur de la variable PATH : echo $PATH
  • Créer ou mettre à jour la variable MY_PATH avec le contenu /home/titi : MY_PATH=/home/titi
  • Crée un alias ‘ll’ pour la commande ‘ls -l’ : alias ll=’ls -l’
  • Vérifier si l’alias ‘ll’ existe : alias ll
  • Supprimer l’alias ‘ll’ : unalias ll
  • Empêcher la résolution d’un éventuel alias de la commande ‘rm’ : \rm
  • Proposer la suite de la commande en cours de saisie : touche Tabulation
  • Se déplacer dans l’historique des commandes exécutées par l’interpréteur : Fléche haut, Flèche bas
  • Effectuer une recherche dans l’historique des commandes exécutées pas l’interpréteur : Ctrl+r puis saisie de la chaîne à rechercher, et Ctrl+r pour l’occurrence suivante
  • Connaitre l’emplacement du programme associé à la commande ls : which ls
  • Afficher une chaîne de caractères sur plusieurs lignes : echo -e « Ligne1\nLigne2\nLigne3 »
  • Remplacer tous les retours à la ligne Windows par des Linux dans le fichier windowsFile.txt : sed -i ‘s/\r\n/\n/g’ windowsFile.txt
  • Rechercher un fichier ou dossier nommé « toto.txt » à partir de l’emplacement /home/toto : find /home/toto -name toto.txt
  • Rechercher un dossier nommé « titi » à partir de l’emplacement /home/toto : find /home/toto -name titi -type d
  • Rechercher tous les fichiers ou dossiers modifiés dans les 180 dernière minutes à partir du répertoire courant : find -cmin -180
  • Rechercher tous les fichiers ou dossiers modifiés dans les 3 derniers jours à partir du répertoire courant : find -ctime -3
  • Rechercher à partir du répertoire courant tous les fichiers ou dossiers ayant l’une des extensions suivantes *.cpp, *.h : find -regex « .*\.\(cpp\|h\) »
  • Rechercher un fichier contenant le texte « toto » dans tous les fichier nommés « *.txt » à l’intérieur du répertoire /home/toto et de ses sous-répertoires (r), n’afficher que le nom des fichiers contenant le texte recherché (l) et ne pas être sensible aux majuscules et minuscules (i) : grep -rli toto /home/toto –include *.txt
  • Créer un répertoire /home/toto/mydir (en supposant que /home/toto existe déjà) : mkdir /home/toto/mydir
  • Supprimer un fichier : rm fileToDelete.txt
  • Supprimer le répertoire /home/toto et tout son contenu sans demander de confirmation (f), à utiliser avec précaution car il n’y a pas de retour en arrière possible, ni corbeille comme sous Windows, ni opération Annuler : rm -rf /home/toto
  • Copier le fichier /home/toto/myFile.txt dans /home/titi : cp /home/toto/myFile.txt /home/titi
  • Copier le répertoire /home/toto et tout son contenu dans /home/titi (on aura alors un répertoire /home/titi/toto) : cp -r /home/toto /home/titi/
  • Déplacer le répertoire /home/toto/src dans /home/titi (on aura alors un répertoire /home/titi/src) : mv /home/toto/src /home/titi/
  • Envoyer la sortie standard de la commande pwd dans le fichier toto.txt (il sera créé si il n’existe pas: pwd > toto.txt
  • Ajouter la sortie standard de la commande pwd à la fin du fichier toto.txt (il sera créé si il n’existe pas: pwd >> toto.txt
  • Exécuter la commande « gedit » et se débarrasser de la sortie standard et la sortie d’erreur (utile lorsqu’on lance une interface graphique et que l’on ne veut rien avoir qui s’affiche dans la console) : gedit &> /dev/null
  • Rechercher la chaîne « toto » sur la sortie de la commande « ls -R » (afficher le contenu d’un dossier et de tous ses sous dossiers) : ls -R | grep toto
  • Ajouter un droit d’exécution du fichier myscript.sh à son propriétaire : chmod u+x myscript.sh
  • Afficher les groupes d’utilisateur dont on fait partie : id
  • Afficher le nom de l’utilisateur sous lequel nous sommes connecté : whoami
  • Créer un lien symbolique titi pointant vers /home/toto (-s pour créer et -f pour écraser un lien déjà existant) : ln -sf /home/toto titi
  • Supprimer le lien symbolique titi (il sera plus simple de supprimer/recréer plutôt que de modifier, et un rm sur un lien symbolique supprimera la cible du lien, et non le lien lui même) : unlink titi
  • Quitter l’interpréteur (la console), ou se déconnecter de la machine : exit
  • Stopper l’exécution de la commande ne cours d’exécution dans l’interpréteur : Ctrl+c
  • Figer l’affichage de la console/Libérer l’affichage de la console : Ctrl+s/Ctrl+q

Après avoir vu le film inspiré de faits réels et produit par Amazon Prime : « The Aeronauts », je me suis posé la question de ce qui était historique, et de ce qui relevait de la fiction. Je vous livre ici les réponses que j’ai trouvées (attention, spoilers).

« The Aeronauts » se passe au milieu du XIXème siècle en Angleterre, et raconte l’histoire de James Glaisher, un astronome et un météorologue convaincu que les voyages en ballon permettront d’en apprendre plus sur la composition de l’atmosphère, et de faire ainsi progresser la discipline météorologique alors naissante. Pour l’aider, il faut appel à Amelia Wren, une pilote de ballon dont le mari, pilote également, est décédé.

Nous pouvons commencer par ce qui est authentique, dans la mesure ou cela représente la partie la plus courte de cet article. James Glaisher a effectivement existé à cette époque, il était astronome et météorologue, et il a effectivement battu un record d’altitude en ballon à hydrogène, pour étudier l’atmosphère dans le but de faire progresser la météorologie. Lors de cet exploit, il a perdu connaissance et doit sa vie au pilote avec qui il était. Voilà tous les éléments authentiques utilisés dans le film.

Concernant les éléments fictifs, le premier est le personnage d’Amelia Wren, qui n’a jamais existé, puisque le pilote de James Glaisher était un homme, Henry Coxwell, et que les femmes du XIXème siècle ne pouvaient pas occuper de telles fonction. Elles étaient cantonnés aux métiers liés aux enfants (institutrices, gouvernantes, nourrices…), et n’avaient pas plus de droits qu’eux. Elles passaient de l’autorité de leur père a celui de leur mari, n’avaient pas le droit de posséder un compte en banque, de voter (jusqu’en 1918 en Angleterre), et les femmes de lettres étaient obligées de se faire passer pour des hommes si elles voulaient être publiées.
Ensuite, si les ballons étaient tels qu’on peut le voir dans le film, le record d’altitude réalisé par Glaisher et Coxwell n’a pas été précédé de la traversée d’un nuage d’orage, et a culminé à 8838m, et non 11000m. Il faudra attendre 1901 pour que les docteurs Berson et Suring atteignent une telle altitude en ballon, mais en respirant de l’oxygène en bouteille à partir de 6000m, car l’exploit de Glaisher a montré la limite d’altitude supportable par un être humain sans oxygène ou système de pressurisation.
Contrairement à ce que l’on peut voir, il n’y a pas d’altitude uniquement peuplée d’insectes, car ceux-ci ne sont pas capables de voler aussi haut que les oiseaux, lesquels comptent des espèces peuvant atteindre 10 000m.
Si le vol de Glaisher et Coxwell a été épique, c’est dans une bien moindre mesure que celui du film. Glaisher a perdu connaissance, et Coxwell, qui lui aussi perdait ses moyens, a tiré la corde de la trappe du sommet du ballon avec ses dents, juste avant de perdre également connaissance. Leur record a été enregistré automatiquement par le baromètre que possédait leur ballon.
Concernant les températures, les 5°F (-15°C) dont il est question après avoir battu le record, à plus de 8000m, se présentent en réalité à seulement 3000m, car c’est un -37°C (-35°F) que l’on trouvera en réalité à cette altitude. À 11000m, on arrivera même à -55°C.
Un autre aspect qui a été exagéré pour rendre l’expérience des personnages plus spectaculaire est l’aspect du ciel et de la terre en altitude. On voit une nette courbure terrestre sur certains plan, au bas de l’image, or, même avec un objectif grand angle, une telle courbure ne serait pas visible à moins de plusieurs dizaines de kilomètres d’altitude. De la même façon, les étoiles sont visibles en plein jour alors qu’ils volent aux alentours de 8000m. En réalité, une telle observation n’est possible que deux fois plus haut, à l’altitude de croisière de l’avion Concorde, entre 16000 et 18000m.

En conclusion, ce film utilise effectivement des éléments authentiques, mais pour la grande majorité, ils se basent sur des aspects purement fictifs, afin d’augmenter le caractère dramatique des scènes.

Même si cela n’a pas toujours été le cas au cours de l’histoire, il ne fait plus de doute pour personne aujourd’hui que notre esprit réside dans notre cerveau. Les neurosciences, dédiées à l’étude du fonctionnement de notre cerveau, tentent aujourd’hui de décrire ce qui fait que l’on a conscience de nous même. De son coté, la science fiction imagine depuis les années cinquante que notre esprit puisse être téléchargé dans une machine, s’opposant ainsi au point de vu philosophique dualiste, en relevant du physicalisme.

Lorsqu’on adhère à cette conception de l’esprit, le reliant au cerveau de la même manière qu’un programme est relié à la machine qui l’exécute, celle-ci oriente notre recherche de réponse vers cette question universelle : « Qu’est ce qui fait que mon esprit est dans ce corps, et non dans un autre? »

A la recherche d’une réponse à cette question, on peut également se demander si notre esprit pourrait être transféré d’un corps à un autre, ou de notre corps à une machine, si l’on suppose que cela est possible.

En partant du principe que le cerveau fonctionne comme une machine, et que l’esprit n’est qu’une manifestation de son fonctionnement, on se retrouve confronté à la nature de la conscience : « Qu’est ce qui fait que je suis conscient, et que mon ordinateur ne l’est pas? ».

L’histoire de l’informatique peut nous apporter des éléments de réponse à cette question. Comme les hommes ont d’abord pensé être au centre du monde, avant de découvrir l’immensité de celui-ci en même temps que leur insignifiance à son égard, les débuts de l’informatique ont suscité d’immenses espoirs sur les futurs capacités des machines, car on associait alors ces capacités à leur puissance de calcul. Malheureusement, on a rapidement découvert que le vrai obstacle à ces capacités n’était pas la quantité d’informations qu’elles pouvaient traiter, mais la complexité du traitement. C’est pour cette raison que soixante ans après le premier calculateur électronique, alors que l’on dispose de cinq millions de fois sa capacité de calcul dans notre poche, tenir une conversation avec une machine relève d’un jeu d’imitation dans lequel l’humain démasque encore facilement la machine. Comme les croyants considèrent les voies de Dieu comme impénétrables, la complexité du traitement effectué par notre cerveau pourrait bien, lui aussi, être au delà de nos capacités d’appréhension. Le théorème de Rice prouve bien qu’un programme conçu pour déterminer une propriété d’un autre programme ne peut s’analyser lui-même. Ne pourrait-t-il pas en être ainsi pour notre esprit, trop faible pour comprendre son propre fonctionnement? Ainsi, la conscience résiderait dans la structure du traitement effectué par notre cerveau, lui permettant de s’analyser lui même, pour prendre conscience de sa propre existence, sans pour autant être capable de se comprendre totalement.

Sans considérer que l’on parvienne un jour à réaliser une machine capable d’héberger notre esprit, et notre conscience, la question du transfert de l’esprit se pose tout de même, si l’on considère comme possible la téléportation (copie à l’identique de toute la matière et de toute l’information d’un être humain). Dans un tel cas, que se passerait-t-il si l’on pouvait transférer l’esprit d’un corps à l’autre?

Une copie de moi-même serait indifférenciable de l’original, vu de l’extérieur; mais moi, je serai toujours dans mon corps d’origine, même si quiconque n’ayant pas assisté à la copie, ne pourrait nous discerner. La copie elle-même, en partageant la même mémoire que l’original, ne pourrait savoir si elle est l’originale ou la copie. Pourtant, je verrai toujours par les même yeux, et si j’étais d’un coté de la pièce avant l’opération de copie, je serai toujours de ce même coté après. C’est en me demandant comment l’esprit pourrait être transféré de l’original à la copie, et pourquoi je me réveillerai dans le corps de l’original, et non de la copie, que je suis arrivé à la conclusion qui va suivre.

Nous savons qu’il existe des états de conscience modifiée. Le sommeil, ou une anesthésie nous plonge dans un état dans lequel nous ne percevons notre environnement de la même manière que durant notre veille. Lorsque nous sortons de cet état, comment savons-nous que nous n’avons pas changé de corps? Parce que nous n’avons que des souvenirs se rapportant au corps dans lequel nous sommes en ce moment. Lors de l’expérience de copie, la copie aurait le souvenir d’avoir été de l’autre coté de la pièce avant l’expérience, c’est de cela qu’elle saurait qu’elle est la copie, et non l’original. Notre existence tient dans notre mémoire. Nous savons qui nous sommes parce que nous avons un vécu. Si l’on passe par un état de conscience modifiée, ou par une expérience de copie, c’est notre mémoire qui nous permettra de savoir, à notre réveil, qui nous sommes.

Je n’existe que dans le présent.

Je sais qui je suis, et quel est le corps que j’occupe, car ma mémoire s’y rapporte. Je suis dans un seul corps à la fois parce que je n’ai pas de sensations venant d’un autre corps. Je sais que j’existe parce que je pense, et je suis conscient parce que mon esprit formule en ce moment cette pensé. En dehors de l’instant présent, je ne peux savoir si j’existe, car je n’ai pour cela que ma mémoire, que je sais être imparfaite.

C’est ainsi que la question du transfert de l’esprit change de sens : je ne suis moi-même qu’au moment precis où je formule cette pensée. Mon esprit aurait pu être dans un autre corps hier, sans mémoire associée  à cette expérience, je ne pourrai le savoir, et penserai n’avoir jamais changé de corps. La copie dont il était question, et qui aura vécu le changement de corps parce que sa mémoire contiendra l’expérience du précédent corps, pourrait alors être moi, car il suffirait que je cesse toute pensée consciente pour lui laisser la place. « Je » n’aurait plus de sens, il n’y aurait que des êtres conscients de leur existence, et s’appuyant sur leur mémoire pour savoir qui ils sont. Ma copie serait consciente, aurait le même vécu jusqu’au moment de la copie. En un définitive : elle serait moi.

It’s not so difficult actually, just start the discussion like this:

You:  If the earth was flat, sun won’t get below the horizon without creating night all over the earth at the same time.

Flat earther : No because sunset are due to perspective. Sun doesn’t actually go below the earth.

You: If the sunset was because of perspective, moonset and sunset were due to perspective.

Yet perspective makes things going further become smaller, and the moon in the sky always keep the same size. Therefore moonset and sunset are not due to perspective

Flat earther : https://youtu.be/Mggb81b_h1w (or another video showing the same experience using a lens to make the sun disappear below a flat surface)

You: This experiment is a fraud, because it doesn’t show that lens effect also makes a sun (or moon) going further getting bigger : https://www.dailymotion.com/video/k1zPQoWVkqO54dql0Fo

Anyone can see that the size of the moon in the sky never change.
Moonset of a fixed size moon would never be observed if earth was flat.

Flat earther:    :-0

You: Mic drop

Version française :

Comment confondre un plattiste ?

Ce n’est pas si difficile, tenez lui seulement ce discours :

Vous : Si la terre était plate, le soleil ne pourrait pas passer derrière l’horizon sans qu’il fasse nuit sur toute la terre en même temps.

Un plattiste : Le soleil ne passe pas sous la terre plate, c’est seulement un effet de la perspective.

Vous: Si les couchers de soleil étaient du à la perspective, alors les couchers de soleil et de lune seraient du à la perspective. Or, la perspective fait que les objets qui s’éloignent deviennent plus petits, et la lune dans le ciel a toujours la même taille. Les couchers de soleil et de lune ne sont donc pas du à la perspective.

Un plattiste : https://youtu.be/Mggb81b_h1w (ou une autre vidéo montrant la même expérience utilisant une lentille grossissante pour faire disparaitre un soleil sous la surface d’une table)

Vous: Cette expérience est trompeuse, car elle ne montre pas que, en plus de faire passer le soleil (et la lune) sous l’horizon, l’effet lentille fait également grossir l’image du soleil (et de la lune) : https://www.dailymotion.com/video/k1zPQoWVkqO54dql0Fo

Le soleil et la lune devraient devenir plus gros lorsqu’ils se couchent, or ce n’est pas le cas. Le coucher d’une lune de taille fixe ne pourrait pas se produire si la terre était plate.

Un plattiste  :-0

Vous : lâcher de micro

En 2018, certaines personnes doutent de ce que l’on nous a toujours appris : que la terre est ronde.

Voici, dans cet article, une série d’arguments et d’observations permettant d’arriver à la conclusion que la terre est ronde, et qu’il est impossible quelle soit plate.

  1. La courbure terrestre est visible dans certaines conditions d’observation, à savoir : plusieurs centaines de mètres au dessus d’un horizon de mer sans nuage (pas depuis un avion de ligne car l’horizon n’est plus aussi net à cause de sa distance et de la nébulosité de l’atmosphère qui le perd dans une brume floue), et si on peut comparer avec une référence rectiligne, comme sur cette photo d’une rambarde de parking, faite à 400 m au dessus de l’océan Atlantique, à Icod de Los Vinos sur l’île de Tenerife en Espagne
  2. Il ne fait pas nuit partout en même temps sur terre, et le soleil passe sous l’horizon. Géométriquement, si le soleil passe sous l’horizon d’une terre plate, c’est qu’il passe sous la terre, il devrait donc faire nuit partout en même temps. La lumière va en ligne droite dans l’atmosphère (une expérience avec plusieurs plaques trouées alignées et une source lumineuse permet de le montrer) si bien que si le soleil est au dessus du sol, quel que soit sa distance, il doit être visible. Il suffit de faire un modèle à l’échelle pour s’en rendre compte. On peut supposer que la lumière puisse être très légèrement courbée par l’atmosphère, et c’est le cas à cause des différentes températures de l’air, mais dans ce cas la courbure est visible, soit directement comme avec ce laser au dessus d’un lac, soit parce que l’image est déformée, comme dans le cas d’un mirage.
  3. L’atmosphère n’a pas d’effet lentille, car une lentille est un objet ponctuel, et non un milieu, et en plus l’effet lentille grossi l’image d’un soleil qui s’éloigne, or le soleil ne grossi pas lorsqu’il se couche.
  4. Les ciels étoilés de l’hémisphère nord et de l’hémisphère sud sont radicalement différents et leur étoiles tournent autour de deux points différents : l’un proche de l’étoile polaire, l’autre proche de la constellation de la croix du sud. Ceci est impossible sur une terre plate située sous un unique dôme étoilé tournant autour d’un point.
  5. Le soleil et la lune ont toujours là même taille dans le ciel, leur distance ne peut donc que très peu changer, sinon ils seraient plus ou moins gros.
  6. Si on mesure la hauteur du soleil depuis plusieurs point de la terre, les mesures correspondent à un globe, mais pas à une surface plane.
  7. Le modèle de la terre plate ne permet pas de calculer correctement la position de la lune ou du soleil dans le ciel à une date et depuis un lieu géographique. D’ailleurs, il n’existe aucun calcul pour cela dans le modèle de la terre plate, car si cela était le cas, soit ces calculs donnerait des résultats incorrectes, soit ils correspondraient aux positions sur une sphère, et montreraient qu’ils sont incohérents avec une terre plate, mais directement issus du modèle héliocentrique.
  8. Avec un horizon d’eau, les objets au loin ne sont pas caché de la même façon selon la hauteur de point de vu. À moins d’être très mauvais en géométrie, cela est incompatible avec une terre plane (d’ailleurs les défenseurs de la terre plate font souvent des expériences donnant de bons résultats mais y associent un mauvais raisonnement pour défendre leur argument, comme dans la vidéo en lien juste avant, où la supposition d’une alternance jour/nuit de 12h/12h est fausse à cause de l’inclinaison de l’axe de rotation de la terre).
  9. La lune a toujours une forme circulaire, montre toujours exactement la même face, mais n’est pas dans le même sens selon l’endroit où l’on se trouve sur terre. Vous pouvez créer une lune de la forme que vous voulez, la placer où vous voulez au dessus d’une terre plate, selon la position de l’observateur sur cette terre plate, vous ne pourrez pas obtenir que ces trois observations soient toutes vérifiées (dans la vidéo en lien on a une lune au zénith, or les trois observations dont il est questions doivent être valables du lever jusqu’au coucher de la lune).
  10. Le globe terrestre à été photographié dans sa totalité plusieurs fois (lors des missions Apollo et plus récemment par Space X), et actuellement, il est même pris en photo quotidiennement par la sonde spatiale DSCOVR.
  11. L’accumulation ne vaut pas preuve, et ce n’est pas parce que quelque chose n’est pas visible que ça n’existe pas. Ce qui permet à la science de comprendre l’univers ne sont pas des affirmations issues de textes anciens, mais les conclusions temporaires d’une démarche de recherche de cohérence. On ne prouve pas que quelque chose est vrai, d’ailleurs la notion de Vérité est absente de l’approche scientifique, on donne seulement une explication, et on la garde tant qu’il n’y a pas eu d’observation entrant en contradiction avec elle. Mais pour mettre en lumière la contradiction, il faut bien faire attention de ne pas faire d’erreur de raisonnement, ni d’erreur de mesure lors de l’observation, ce qui est généralement le cas avec les arguments en faveur de la terre plate. C’est pour cela que la courbure terrestre est difficile à voir, parce qu’elle est très faible. Au moyen âge, sans habiter à côté de la mer, et sans savoir qu’il fait jour ailleurs sur terre lorsqu’il fait nuit ici, la terre plate est une idée scientifiquement valable. Elle ne l’est plus si on peut faire d’autres observations, comme l’océan à 400 m d’altitude avec une règle de 20m particulièrement droite pour la comparer visuellement à l’horizon, ou si on a un moyen de communication permettant de constater qu’il ne fait pas nuit partout sur terre en même temps.
  12. La terre n’est pas (parfaitement) ronde, mais elle n’est sûrement pas plate. En revanche, avec les observations faites jusqu’à aujourd’hui, sa forme semble très proche de la sphère.

Internet est un lieu d’activité privilégié pour les arnaqueurs en tous genres. Aussi, il arrive d’en croiser certains dignes de Junior, le personnage des dessins animés Tex Avery, acolyte du plus petit que lui, George.

Voici le récit de ce qu’il m’est arrivé suite à une annonce que j’ai passée sur le site leboncoin.fr, pour y vendre une table.

J’ai d’abord reçu le message suivant:

Bjr votre table est tjr dispo si oui le prix ferme me confirmer uniquement a mon perso : <adresse e-mail>

Rien de bien extraordinaire, j’envoie donc la réponse suivante:

Bonjour,

Oui, la table est toujours disponible et le prix de 500 euros est ferme, car nous l’avons déjà baissé, et nous de la laisserons pas partir à un prix inférieur.

Cordialement,

Olivier

Je reçois alors cette réponse:

Bonjour Mr Mme
Après réflexion  je suis d’accord pour vous l’acheter , je vous informe que  nous somme dans la région de 6 lotissement babinas manhac (12 ) cependant je suis en déplacement (hors France pour une exposition d’oeuvre d’arts).
Je souhaiterai donc procéder a la vente par une  réservation vu que j’aurai peu de temps a mon retour pour m’en occuper a cause  du boulot.
Dans ce cas je compte vous envoyez la totalité des fonds dans un premier temps par un paiement instantané via les services de la poste et une fois vous avez l’argent  nous fixerons une date afin de convenir d’un RDV a votre domicile  pour la récupération du bien.
Donc si vous êtes d’accord sur le principe veuillez me fournir les informations suivantes afin que je puisse  vous envoyez les fonds:
Prix ferme  -Nom et Prénoms -Adresse de domicile -Contacts Téléphonique
vu que je suis très intéressé pour cela je vous rajouterai 50€ pour la réservation.
Dès réception de ces informations, je ferai le nécessaire demain pour finaliser la vente et demanderai à un transitaire de passer chez vous le récupérer et me le réserver jusqu’à mon retour.
J’espère pouvoir compter sur votre honnêteté étant donné que vous aurez l’argent avant que nous récupérons le bien.
Cordialement
Mr Heupel Pascal

En lisant ce message, je trouve tout de suite louche qu’il me propose une telle méthode de paiement. J’ai peur qu’il me dise avoir envoyé le paiement, que je ne reçoive rien, et que quelqu’un vienne récupérer la table. On serait alors dans une situation très inconfortable où chacun accuserai l’autre de mentir. Le pire est qu’il aurait mon adresse, et pourrai me réclamer l’argent (que je n’aurai jamais reçu), ou la table (qu’il n’aurait jamais payé). Après cette réflexion, je décide de lui répondre ceci:

Bonjour,

Désolé, je n’accepte pas de réservation.

Si vous pouvez demander à un transitaire de passer chez nous, il devra également apporter l’agent (500 euros en liquide) après que nous ayons fixé une date.

Quelles sont les disponibilités de votre transitaire?

Olivier

Malgré mon ton assez ferme, mon acheteur insiste en caractères gras:

Je vous comprends  mais sachiez que j’insiste à vous envoyer les fonds bien avant mon arrivée en France afin de bénéficier des avantages des offres de mon entreprise car elle prendra en charge 50% du paiement et les frais que cela pourrais nécessiter et moi le reste des fonds, alors je pense vous envoyer la totalité des fonds car cet avantage est possible a condition que je sois dans le pays et non en France.
Si vous êtes d’accord faites moi parvenir les renseignements demandés: Votre nom ; prénom ; adresse de domicile vos contacts fixe et portable ainsi que vous prix ferme pour que je puisse vous envoyer Les fonds par mandat cash pour la réservation Et une foie vous confirmé d’avoir bien toucher les sous en ce moment ont vous enverrait un mail pour l’enlèvement.
Merci bien à vous pour votre compréhension
Dans l’attente de vous lire.

Je répond donc avec encore plus de fermeté:

Bonjour

La personne qui récupère l’objet doit apporter l’argent, sans cela je ne vends pas.

Olivier

Mais il insiste de nouveau:

Des réception des fonds de votre part je vous enverrai un transporteur a votre adresse de domicile pour la récupération
Alors si vous êtes d’accord faite moi parvenir les renseignements demandés:
 votre nom ; prénom ; adresse de domicile vos contacts fixe et portable ainsi que votre prix ferme pour que je puisse vous envoyer la totalité des fonds par mandat cash pour la réservation et vous pouviez les retirer en espèces dans l’importe quel poste la plus proche de chez vous

Je prend alors le temps de répondre, mais en variant un peu la forme:

Comme vous l’ai déjà dit, le transporteur doit apporter l’argent en liquide sinon pas de vente.

Si vous êtes prêt à payer 50 euros de réservation, faire les <distance entre Manhac et chez moi>km qui séparent Manhac de <chez moi> ne devrait pas être un problème.

Vous pouvez venir quand cela vous arrangera, mais je n’accepte pas de paiement séparé de la remise de l’objet.

Olivier

Têtu, il me ressort le même discours, toujours en caractères gras:

Je vous comprends  mais sachiez que j’insiste à vous envoyer les fonds bien avant mon arrivée en France afin de bénéficier des avantages des offres de mon entreprise car elle prendra en charge 50% du paiement et les frais que cela pourrais nécessiter et moi le reste des fonds, alors je pense vous envoyer la totalité des fonds car cet avantage est possible a condition que je sois dans le pays et non en France.
Si vous êtes d’accord faites moi parvenir les renseignements demandés: Votre nom ; prénom ; adresse de domicile vos contacts fixe et portable ainsi que vous prix ferme pour que je puisse vous envoyer Les fonds par mandat cash pour la réservation Et une foie vous confirmé d’avoir bien toucher les sous en ce moment ont vous enverrait un mail pour l’enlèvement.
Merci bien à vous pour votre compréhension
Dans l’attente de vous lire

Là je craque, je lui dit ouvertement que je flaire l’arnaque, en mettant en lien un blog où quelqu’un explique qu’il a eu à faire à quasiment le même message. Je laisse cependant la porte ouverte en lui reposant la question d’une date de récupération du bien:

Non, vous ne comprenez pas. Qu’y a-t-il de pas clair dans la phrase « Le transporteur doit apporter l’argent en liquide sinon pas de vente »?

De plus, votre message correspond de très près à cette arnaque : http://blog.dorian-depriester.fr/internet/une-bonne-arnaque-des-familles-sur-leboncoin

Alors, quand est-ce que vous pouvez passer voir la table?

Olivier

Le lendemain (car tous les messages précédents ont été échangés le même jour), contre toute attente, je reçois une réponse de sa part (mais sans les caractères gras):

Des réception des fonds de votre part je vous enverrai un transporteur a votre adresse de domicile pour la récupération le 05 octobre
Alors si vous êtes d’accord faite moi parvenir les renseignements demandés:
 votre nom ; prénom ; adresse de domicile vos contacts fixe et portable ainsi que votre prix ferme pour que je puisse vous envoyer la totalité des fonds par mandat cash pour la réservation et vous pouviez les retirer en espèces dans l’importe quel poste la plus proche de chez vous

Là je me dis : soit il ne lit pas mes réponses, soit il ne les comprend pas, car peut-être qu’il copie des contenus en français sans vraiment les comprendre, faute de parler cette langue (quoi que Google Traduction existe, mais bon, passons).
Devant ce comportement, et en m’inspirant du blog que j’ai cité, je décider de jouer un peu, et je lui réponds ceci, en me donnant comme nom la traduction en roumain du mot « pigeon », et en multipliant au passage mon prix de vente par dix, histoire de voir si il réagit:

Le 5 octobre 2018? Parfait!

Mon nom est Porumbel, mon prénom Olivier, le prix 5000 euros, mon
adresse est le <adresse de la gendarmerie la plus proche de chez moi> France, et mon
numéro de téléphone le <téléphone de la gendarmerie la plus proche de chez moi>.

Je n’ai pas de téléphone portable.

Olivier

Pour information, le 5 octobre est dans 8 mois au moment ou j’écris ce mail.
Ne doutant de rien, Junior me répond le même jour, un vendredi soir:

OK J’ai bien reçu vos coordonnées et le prix définitif,je vous confirme donc que je ferai le mandat comme convenu dès Lundi matin a l’ouverture des postes et je vous tiendrez informer par la suite des éventualités merci donc de bien vouloir me réserver la vente et si possible de supprimer l’annonce du site car je vous donne ma parole pour le paiement. J’espère également compter sur votre bonne foi vu que j’envoie les fonds avant la récupération et aussi en ce qui concerne la récupération j’attends d’abord la confirmation de votre part en ce qui concerne l’encaissement du mandat afin de prendre un congé auprès de mes employeurs et effectuer la récupération comme convenu a votre adresse donc je ne peux vous donner une date précise mais je peux néanmoins vous promette que je ferai de mon mieux pour récupérer le bien dans de plus bref délais pour ne pas que sa vous encombre .

Sans surprise, dès le lundi matin, bien avant l’horaire normal d’ouverture des bureaux de poste, je reçois ce message:

Bonjour
Ouvrez la pièce jointe .
Veuillez contacter le directeur de la poste par ici MR MICHEL BATAILLE  au <numéro de téléphone avec le préfixe de la Côte d’Ivoire> pour avoir la marche a suivre pour l’impression de votre reçu qui vous permettra de faire le retrait des fonds a la poste de chez vous .
Cordialement
Mr/Mme Heupel Pascal

Là je décide, toujours en m’inspirant de l’histoire racontée dans le blog que j’ai partagé plus haut, de le prendre à son propre jeu : je vais lui demander de l’argent, pour qu’il puisse me payer. Je sais, dis comme ça c’est un peu bête, mais au point où on en est, je ne suis plus à une incohérence près.
Je lui réponds donc un copier/coller à peine modifié du message que donnait le blog:

Bonjour,

 

J’ai téléphoné au directeur de la poste MR MICHEL BATAILLE et il m’a informé que les lois d’ici nous imposent une taxe sur tout transfert Cette taxe a pour but de procéder à une vérification de contrôle de traçabilité au niveau des deux (2) parties en transaction c’est-à-dire pour voir si le bénéficiaire de cette somme est bel et bien une personne physique ou moral, voir aussi si les fonds qui vous sont destinés n’ont pas de fins douteuses c’est tout, raison pour laquelle j’ai décidé de vous la déduire du le montant total à payer  car vous n’étiez pas informé car il n’est pas normal que la personne qui achète un bien paie une taxe en plus. Soyez rassuré car quand vous allez payer cette taxe vous la récupériez sur le montant du bien.

Vous n’avez que deux (2) démarches à suivre pour encaisser les fonds de suite à la poste de chez vous ou dans n’importe quelle bureau de poste de Cote d’Ivoire.

 

1. Voici le code du mandat 2509290901 partez sur le site www.transfertpostal.alktervista.org pour le vérifier, une fois sur la page d’accueil vous verrez suivi des envois vous rentrez votre code et vous validez

2. Ensuite, vous devez appeler le Directeur de la poste Mr MICHEL BATAILLE au 00 22 577 353 808 afin qu’il vous montre comment faire pour le paiement de votre part de taxe d’abord  car le mandat est actuellement à son service et par la ensuite encaisser le mandat que je vous ai fais.  Merci
Mr Olivier

La réponse arrive en à peine plus de trente minutes, et montre clairement qu’il n’a pas lu, ou pas compris, ce que j’ai mis dans mon mail:

avez vous prix contacte avec le directeur de la poste

Sur quoi je réponds quelque chose de complètement faux, histoire de continuer dans le registre absurde:

Oui, il m’a envoyé l’argent, merci.

Quand est-ce que vous passez chercher la table?

Olivier

Fidèle à la non lecture de mes résponse, Junior s’obstine en me répondant le soir même:

Bonsoir
Nous revenons vers vous afin d’avoir des nouvelles de vous concernant le mandat alors veuillez nous fait savoir une fois que vous aurez contacter le directeur de la poste Mr MICHEL BATAILLE une foi que vous aurez encaissez le mandat afin que nous pussions nous engager dès notre arriver au pays pour la récupération. En attente de vos nouvelle dans les plus brefs délais. Merci a vous.

Et je reste sur ma position:

Bonjour,

Je vous le dit, j’ai contacté le directeur de la poste Mr MICHEL BATAILLE et j’ai encaissé le mandat, c’est bon, vous pouvez vous engager dès votre arrivée au pays pour la récupération. C’est pour quelle date, le 5 octobre?

Olivier

Mais il semble être sourd, et me réponse quelques heures plus tard:

avez vous pu contacter le directeur

Comme cette réponse cite ma précédente, visible juste au-dessus, je décide de ne pas me répéter en disant que j’ai contacté son directeur, mais de jouer plutôt à fond la carte de l’absurde. Je répond alors, toujours en conservant l’historique des messages dans ma réponse :

le directeur? Quel directeur ???

Et il répond:

Le directeur de la poste

Et moi, toujours dans l’absurde:

La poste??? Quelle poste?

Et lui:

la poste générale d’Abidjan veuillez le contacter sur 00225 88 19 91 22

Puis j’ai continué :

Abidjan?! Mais je pensais que vous étiez à New York pour une exposition d’art

J’ai plus eu de nouvelles de lui après. Bizarre…